Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le monde, à travers sa cuisine surtout, mais aussi des voyages, et des idées.

Les idées vagues de Snapulk...

Le monde, à travers sa cuisine surtout, mais aussi des voyages, et des idées.

Sauvons les RASED - Coup de gueule dans un monde qui pourrait changer!

com
Je n'ai pas l'habitude de vous parler ici de ma vie professionnelle, mais après tout pourquoi ne pas profiter de cet endroit de libre expression pour à la fois informer sur un sujet d'actualité injustement ignoré, et faire part de ma colère dans un monde où les valeurs importantes à mes yeux sont souvent traitées avec mépris, condescendance, sourire amusé... par ceux qui nous dirigent.

Je m'explique.

Parenthèse: je me réjouis que les américains aient enfin réélu un démocrate, qui plus est premier président noir des Etats-Unis. Même si je ne partage pas toutes ses idées, on peut espérer que son influence infléchira certaines envolées catastrophiques de la poilitique extérieure de cette immense puissance et puis symboliquement, c'est décisif.

Et mes préoccupations peuvent paraître bien petites face à cet événement historique.

Mais qu'à cela ne tienne. Donc.

Je suis psychologue dans un RASED: Réseau d'Aides Spécialisées aux Elèves en Difficultés.

Qu'est cela??

Certains d'entre vous ont certainement des enfants en âge d'aller à l'école élémentaire ou maternelle. Pour la plupart de ces enfants, tout se passe bien.

Mais pour d'autres, l'entrée dans les apprentissages ne se fait pas sans heurts, il est douloureux tous les matins de se lever pour affronter des journées d'incompréhension, de conflits, de malaise de tous ordres. Certaines de ces difficultés seront passagères, une attention plus soutenue et individualisée de la part du maître  ou de la maîtresse aura raison d'une leçon mal comprise, d'une notion difficile à acquérir... La formation des enseignants et leur professionalisme les préparent à faire face aux obstacles qui peuvent se présenter en classe, et le grande majorité d'entre eux fait preuve d'un dévouement et d'une qualité de regard qui soutiennent efficacement leurs petits élèves.

Cependant, il arrive que dans certaines situations, la difficulté devienne si pesante que l'enfant n'en peut plus.
Il ne peut plus apprendre,
il ne peut plus se comporter comme l'école l'attend de lui,
il ne comprend plus ce qui se passe autour de lui,
les notions traitées en classe ne lui sont plus accessibles,
il montre les signes d'une inadaptation à ce qu'on attend de lui, s'agite ou se renferme, devient parfois agressif avec les autres enfants, parfois avec les adultes aussi.

C'est à ce moment-là que le maître demande l'aide du RASED.
Il existe en France des RASED rattachés à toutes les écoles élémentaires et maternelles publiques. Ils sont composés de psychologues, et d'enseignants spécialisés en aide pédagogique (pour ce qui concerne les difficultées d'apprentissage, on les appelle maître E) et en aide rééducative (pour les problèmes comportementaux, on les appelle maître G).
Ces enseignants ont obtenu un diplôme sanctionnant un an d'études supplémentaires pour se spécialiser.
Ils apportent un regard particulier sur l'enfant en fonction de leur spécialité, et ce regard croisé avec celui des autres membres du RASED et avec celui du maître de l'élève permet d'examiner la situation de manière plus globale et approfondie pour déterminer l'origine du problème et traiter non pas seulement la difficulté qui s'exprime, mais le fond du problème.

Par exemple, si un élève ne parvient pas à faire une soustraction à retenue au CE2 malgré les aides du maître, on s'aperçoit parfois en approfondissant, en observant les travaux précédents dans ses cahiers, qu'il n'a pas compris la numération décimale et qu'il faut reprendre ces bases-là, normalement acquises au CP, pour reconstruire.

Il est évident que c'est un travail impossible à faire pour l'enseignant seul dans sa classe.

Aujourd'hui, le Ministère de l'Education Nationale a décidé de supprimer petit à petit les RASED, en commençant par un tiers des postes à la rentrée prochaine, probablement les maîtres chargés de l'aide pédagogique, qui se retrouveront face à des classes ordinaires.

Les arguments du ministre, Xavier Darcos, montrent une ignorance affichée de la situation.
Il prétend qu'avec l'"Aide Personnalisée" (les heures du samedi reportées à une demi-heure par jour pour des petits groupes de soutien), le maître pourra "rattraper" le retard de ces élèves.
Il prétend que cette mesure favorise l'égalité sociale, puisque les parents qui payaient des entreprises privées pour remettre à niveau leurs enfants pourront bénéficier de ce service à l'école. C'est faux. Encore une fois, Acadomia ou autres cours à domicile ne forment pas ses intervenants à une pédagogie de fond et, je l'ai constaté, "abandonnent" ceux qui sont vraiment en détresse.

Ce que les maîtres peuvent faire au cours de cette demi-heure consiste à reprendre une notion ponctuelle non comprise récemment, de "remettre le pied à l'étrier" pour des enfants en difficultés passagères.
Cette aide ne s'adresse pas aux mêmes élèves que ceux pris en charge par le RASED.

Ceux-là, donc, mais c'est vrai qu'ils ne représentent que 5% des effectifs, en moyenne, (beaucoup plus en ZEP, par exemple) ne seront plus aidés comme ils doivent l'être.

Et c'est ce qui fondamentalement provoque ma colère.
Doit-on considérer qu'aider 5% des élèves en grande difficulté ne représente plus pour l'Etat une priorité suffisante pour la considérer comme une mission de l'école? Que budgétairement, il vaut mieux laisser tomber ces 5% là, qui ont moins de chance que les autres d'accéder aux postes élitistes de demain?

Je ne veux pas être trop longue, c'est une question de fond qui mériterait des heures de débat, mais j'espère vous sensibiliser par ces quelques lignes à un problème dont on ne parle que très peu dans les médias et qui concerne l'avenir de l'école publique telle qu'elle doit réellement considérer ses missions, pout tous et pas seulement pour ceux qui réussissent a priori.

Je ne parlerai pas ici de la maltraitance subie par les maîtres des RASED qui voient nier leurs compétences et qu'on va remettre face à une classe sans leur demander leur avis et sans tenir compte de la formation spécifique qu'ils ont choisi de suivre, pour faire un travail qui les passionnait. Je vous laisse juges.

Je termine par l'insertion de cette vidéo qui est parlante sur la connaissance qu'a notre ministre de nos missions. C'est désolant.


Si cette question fait débat, ou si vous souhaitez en discuter ou me poser des questions, n'hésitez pas, je vous repondrai.

Et si vous vous sentez l'âme militante, je vous y encourage, allez donc signer la pétition qui a déjà recueilli près de 100 000 signatures

http://www.sauvonslesrased.org/








Print
Repost

Commenter cet article

ninotchkarit 17/11/2008 00:27

I y a la suppression des RASED, et puis la réforme de la formation et du recrutement des profs. Tout cela va dans le même sens : la destruction de l'école publique.Pour en savoir plus, j'ai mis en ligne une petite vidéo d'information, elle est ici  http://www.youtube.com/watch?v=cnwdEqFbgms&fmt=18

Heirem 13/11/2008 18:27

Bonsoir,Oui merci de m'avoir rectifié. Un master en deux ans, c'est difficile !Mais ce n'était pas la seule faute. Juste penser à bien se relire avant d'envoyer un commentaire ;)Bon ceci dis, j'ai relevé ceci de votre plume :"je pense que la lame de fond qui va suivre met en péril le devenir de l'enseignement public."C'est tout à fait cela, et pas que pour l'enseignement public. Il faut réveiller les conscience, communiquer, échanger, et finir par leur crier là haut que ça va décidément pas bien dans leur caboche !Car nous somme face à une situation totalement inédite. Je m'explique. Il n'y a pas si longtemps, dans notre beau pays, le réflexe devant ce genre de "dérives" (entre guillemets car c'est plutot du désastre que de la dérive), ce réflexe était donc tout simplement démocratique. Vive le bulletin de vote et l'alternance, il vont voir ce qu'il vont voir. Et ça marchait quand une majorité de Français se sentaient concernés.Mais cette fois-ci la donne est changée. Car la seule alternative démocratique, le PS donc, est totalement dans la panade. Se désintéresse de ces problèmes car bien trop concentré sur les "difficultés" internes, de personnes de mouvements etc...Il va falloir se bouger, et vite ...

Snapulk 16/11/2008 12:53


Je partage très profondément cette inquiétude, et ce sentiment que nous assistons là à quelque chose de tout à fait nouveau et à quoi nous ne nous donnons peut-être pas les moyens de faire face.
Sommes nous si nombreux à en prendre conscience?


eliflo 11/11/2008 09:26

Tellement d'accord avec toi! Pour encadrer souvent des étudiantes qui font leur stage en Rased ou avec un maître E, je sais combien leur travail est précieux et combien il est scandaleux de les supprimer, et bien sûr avec la meilleure conscience du monde. Je signe la pétition des deux mains.

Monique 09/11/2008 22:21

Je vous renvoie si vous le voulez aux autres incompétences de nos élus que j'ai rélévées dans le dernier article de mon blog (pro) de l'an passé : Les débats de l'Assemblée Nationale. je pense que tous les collègues apprécieront les propos hautement étayés de Mr Reiss.Etant en Petite Section de maternelle (qui vont bientôt disparaitre aussi !) je pense que non seulement il ne faut pas supprimer les RASED mais au contraire les multiplier. Nous sommes face à tant de difficultés d'ordre psychologique et comportemental, entre autres, que la seule solution pour nous est d'orienter vers les CMP (centre médico psychologique) qui sont tellement chargés que les enfants sont sur des listes d'attente pour un an.Nous savons bien que les difficultés doivent être prises en charge au plus tôt pour avoir une chance de rendre à l'enfant sa trajectoire "normale" au sein de l'école. Les RASED pourraient nous y aider, car nous, enseignants non spécialisés, nous ne pouvons pas le faire !!!

Snapulk 09/11/2008 22:47


Merci, c'est important que les enseignants soutiennent ce mouvement, et ce n'est pas le cas partout!
Or je pense que les jours qui viennent vont être décisifs, il n'y a pas de temps à perdre!


marie 08/11/2008 18:28

pfff! c'est compliqué tout ça! ce ministre n'y comprend rien , on le voit quand il annonce que les instit en classe de maternelle ne sont là que pour changer les couches!!!!!je met actuellement un pied dans l'education, je deviens "petit à petit" Atsem, mais dans une ecole bilingue donc privée. Toutes sont sortie du public car elles supportaient plus"tout ça". Elles gagnent un salaire de misére. Dans la classe de mes fils, il y a des anglais, des allemends et des Français, des riches et des pauvres, je peux te dire qu'avec des moyens humains (et tres peu d'argent) et bcp de systeme D, fin decembre, les enfants parlent tous le français, et les differences culturelles sont effacées. du moins à l'ecole!alors oui au soutien et au cas par cas. un enfant c'est un enfant, pas un mouton!

Véro C.Métisse 08/11/2008 16:27

Ben si, dans les commentaires, regarde :http://cuisinemetisse.canalblog.com/archives/2008/05/16/9138803.htmlA l'époque on ne se doutait pas encore de ce qui attendait les RASED, même si ça sentait mauvais parce qu'ils n'étaient pas une seule fois cités dans les projets de réforme ... Ca s'est fait en douce pendant les vacances, comme d'hab !Bisous

Snapulk 08/11/2008 17:22


Tu as bien fait de me renvoyer à ton com, ça me fait chaud au coeur, et il y en a besoin, je te dis pas le moral des troupes!! Quand on se déplace (on a 15 écoles, sur notre secteur!!), on se
demande ce qu'on fout, puisqu'il est clairement établi qu'on ne sert à rien.
Même si on a la foi, il faut se parler beaucoup pour ne pas la perdre!
Et c'est vrai que le fait d'avoir pondu ça pendant les vacances, c'est une manoeuvre extrêmement sournoise et à la fois très efficace pour anéantir toute velléité de révolte. Juste à la rentrée, on
s'est aperçu qu'on ne figurait tout simplement pas dans les dispositifs d'aide des livrets distribués aux parents, hop, à la trappe!
Pourvu que les gens réagissent, parce que les RASED c'est la goutte d'eau dans l'océan, je pense que la lame de fond qui va suivre met en péril le devenir de l'enseignement public.
Bises


Véro C.Métisse 08/11/2008 10:39

Tu sais bien ce que je pense de tout ça...Les nouveaux programmes, le temps scolaire réduit, la suppression des RASED, l'inspection au mérite sur les résultats des élèves... Tout est fait pour que les bons s'en sortent et que les faibles s'enfoncent. On fait du chiffre, les gosses ne sont plus que des statistiques qui doivent être satisfaisantes. Du capitalisme scolaire. C'est la honte.Mais on continue, et on y croit !! Sinon, qui le fera ?

Snapulk 08/11/2008 12:57


Ben non, je savais pas, j'espérais, juste ;-) ça fait du bien de te l'entendre dire en tout cas.
Et oui, on continue, c'est sûr, mais nous laissera-t-on continuer? Je ne peux pas me résoudre à les laisser sur la bord de la route au final, tous ceux que je vois tous les jours, ça me rend
triste.


gracianne 06/11/2008 14:59

La comme ailleurs, la solidarite coute trop cher, on la supprime. C'est evidemment la pensee politique qui est derrriere tout ca qui est a revoir completement.

Valérie 06/11/2008 11:21

Merci pour cet article qui est très clair pour ceux et celles qui ne connaissent pas ce type d'aide. Je voudrais juste aller un peu plus loin dans les mesures prises pour l'aide aux élèves en difficultés : les RASED permettent également de dépister les élèves qui ont des difficultés liées à des handicaps non diagnostiqués. Ce sont les premiers pertenaires des services médico-sociaux spécialisés dans l'accompagnement scolaire des enfants handicapés. Ce réseau, ce maillage a permis de prendre en charge nombre de petits jeunes qui n'auraient pas pu suivre une scolarité en milieu "ordinaire". Nier ce travail de fond destiné à améliorer la réponse aux difficultés des enfants et des familles et faire table rase de toute cette énergie mise au service de la difficulté me donne également envie de hurler.Quel est ce gouvernement qui fabrique de l'exclusion, de la désintégration à tout va ?Je ne veux pas être trop longue mais je te dis seulement merci pour donner à tout le monde la possibilité de comprendre que le danger de revenir à une société où la différence est synonyme de rejet est imminent, là tout proche. C'est très grave.......

olivier 05/11/2008 23:22

Je me suis laché dans mon premier commentaire. Mais j'en rajoute un peu:Le style économie budgétaire amène M.Darcos à faire des économies là où cela ne se voit, par exemple sur le dos des associations éducatives complémentaires de l'Education Publique (CEMEA, Eclaireurs de France, Jeunesse au Plein AIr, Francs et Franches Camarades, les Pupilles de l'Education Publique...).Ainsi on leur sucre en octobre 1/4 des subventions qui étaient promises par M.Darcos, lui-meme en début d'annnée our les actions inscrites dans les conventions qu'il avait signées.Et pour faire bonne mesure, on supprimera à la rentrée de septembre 2009 les postes d'enseignants qui étaient mis à disposition. Elle est pas belle la vie!De toute façon, là comme ailleurs, à part les intéresés, qui ira manifester son refus d'accepter ces économies de bout de chandelles, pendant qu'on permet au secteur privé de se goberger avec les entreprises publiques (Suez a déjà absorbé Gaz de France, et pour la Poste ce n'est que partie remise!).Et là très vite on voit arriver les résultats: offre d'ouverture de nouveaux contrats d'énergie, garanti pendant 2 ans, après on verra, et de toute façon vous ne pourrrez plus revenir en arrière, ah bon on ne vous l'avait pas dit? Dommage!Soyons en colère pendant qu'on le peut!