750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le monde, à travers sa cuisine surtout, mais aussi des voyages, et des idées.

Les idées vagues de Snapulk...

Le monde, à travers sa cuisine surtout, mais aussi des voyages, et des idées.

Farfalle aux poivrons après Volver

com

Hier soir, nous sommes allés voir le dernier Almodovar. Parcours obligé pour tout cinéphile même modeste, vu qu'on ne parle que de lui en ce moment.
Non, il y aussi Da Vinci Code, mais même si on pouvait espérer que Tom Hanks puisse donner un petit peu de son essence au film, la mission de rendre ce pavé lourdingue digestible était un défi. Or Marion qui est une fan absolue de cet acteur, effectivement remarquable, s'est endormie pendant la projection. Et la seule chose qu'elle en dit, c'est "la honte de s'endormir pendant un film avec Tom Hanks" et pourtant, elle a d'habitude d'avoir des avis éclairés. Donc, inutile de se déplacer, ça se confirme.
Sans vouloir paraître rabat-joie, je trouve que la cinémathèque française ne remplit pas son rôle, en tout cas celui que s'était assigné Henri Langlois, son créateur. Prrogrammer Almodovar (j'irai voir l'expo quand même), qui est le cinéaste espagnol le plus médiatisé du moment, sans faire à cette occasion découvrir ceux qui émergent, Mercedes Alvarez, Julio Medem, ... et sans redonner à voir Saura et Bunuel, qui l'ont inspiré, c'est limiter une action, ce n'est pas permettre au public de découvrir autre chose que ce qu'il aurait trouvé ailleurs.
Cela dit, Almodovar est vraiment un cinéaste inspiré. Il a des femmes en général et des mères en particulier une image magnifiée, et qu'il fait partager. Il a donné à Pénélope Cruz un look à la Sophia Loren qu'elle porte à merveille, et elle donne vie à une femme, ici au carrefour des rôles de mère et de fille, dont les contradictions se dénouent et se complexifient à la fois, à mesure que l'intrigue évolue. La fin est particulièrement émouvante, tout en restant ouverte, rien n'est clos. Le temps qui passe, symbolisé par les éoliennes qui ponctuent les aller-retours vers le village natal, recompose indéfiniment le présent... Allez le voir et dites-moi ce que vous en pensez.
Et cela donne envie en rentrant de ne pas aller se coucher comme ça, bêtement, même s'il est tard. L'envie de rester éveillé, mêlée à la créativité que donnent ces génies-là, oriente vers la cuisine. Comme dans les livres de Vasquez Montalban, où Pepe Carvalho mijote, au sens propre, pour mieux réfléchir.
Mais il est quand même une heure du matin, alors il faut faire court. Voilà le résultat, il faut un peu de matériel de base dans le frigo.

Farfalle au poivrons, tomates et feta

400g de farfalle
2 c. à soupe d'huile d'olive
2 poivrons rouges
2 tomates
1 oignon
3 ou 4 tomates séchées
1 oignon mariné dans l'huile d'olive (facultatif)
60 g de feta

Emincez très finement l'oignon. Découpez les poivrons en petits cubes.
Mettez les à blondir dans l'huile d'olive bien chaude, à feu moyen, puis baissez le feu et laissez mijoter 10 mn.
Pendant ce temps, épluchez et épépinez les tomates, puis coupez-les en petits dés.
Ajoutez-les aux oignons et aux poivrons, prolongez la cuisson encore 10 mn.
Faites bouillir une grande quantité d'eau et mettez les pâtes à cuire.
Coupez la feta en dés, émincez les tomates séchées et l'oignon mariné. Ajoutez-les à la préparation 3 mn avant la fin de la cuisson.
Egouttez les pâtes, servez-les et versez la sauce dessus.
On peut évidemment parsemer de parmesan râpé.

J'ai essayé de photographier le résultat, mais ce n'était vraiment pas réussi. Alors ce matin j'ai consulté le manuel de mon appareil photo à la page "macro". J'ai découvert certains trucs que j'ai mis en pratique dans le jardin. Comme les pâtes sont mangées, vous avez droit aux fleurs de ciboulette. Les fleurs de thym aussi sont bien.

Bientôt, je pourrai photographier les préparations! Vivement bientôt!






Print
Repost

Commenter cet article

Isabelle 31/05/2006 20:04

Félicitations pour ce blog , et tout de suite , une réaction , au sujet de...VOLVER :  qui a pu , mieux qu'Almodovar , montrer, simplement montrer , le chaos de l'indicible , l'inceste , et la stratégie de survie des femmes , qui ont décidé de survivre , envers et contre tout? La farce incessante et tragi-comique de la vie...En ce lendemain de communion , une citation ... "Si Dieu existe , j'espère qu'il a une bonne excuse..." Woody Allen.