Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le monde, à travers sa cuisine surtout, mais aussi des voyages, et des idées.

Les idées vagues de Snapulk...

Le monde, à travers sa cuisine surtout, mais aussi des voyages, et des idées.

Le Cyclop de Tinguely

com
Comme je fais partie de la Grande Maison Education Nationale, et bien que ma fonction ne soit plus très en rapport avec la pédagogie appliquée, j'ai l'obligation de me rendre à quelques heures par an de "Conférences Pédagogiques" organisées par le CDDP.

Et cette année, des conférences sur l'Art contemporain étaient proposées!

:-))))))))))))))))))

Ni une ni deux, je m'inscris.

Moi, de Tinguely, je connaissais des machines, qui le fascinaient et ne servaient à rien voire même s'autodétruisaient, le culte du mouvement, et l'association artistique et sentimentale avec Niki de St Phalle, pour la fontaine Stravinsky à Beaubourg par exemple.



Et donc ce matin, je me retrouve au beau milieu de la forêt de Fontainebleau, de Milly-la-Forêt plus précisément, petite pluie fine, ambiance automnale, pour découvrir le Cyclop, oeuvre monumentale, 20 mètres de haut, construite en pleine forêt.




Cette œuvre ne me semble pas très connue, elle n’est pas mentionnée dans les guides de la région et pour y accéder, il faut un peu connaître le coin.

Et c’est vraiment étonnant parce qu’elle est d’une richesse incroyable, allez, je vous raconte !

L’œuvre est militante, en référence à la société de consommation qui nous voue à l’autodestruction et elle est construite avec des matériaux de récupération.

Elle a débuté en 1969 et a duré 25 ans, à l’initiative de Tinguely et Niki de St Phalle, qui ont invité d’autres artistes à se joindre à eux. Parmi ceux qui, dès le début, ont érigé la structure, on trouve Daniel Spoerri, Rico Weber… puis d’autres au fil du temps, comme Philipe Bouveret ou Pierre Marie Lejeune. D’autres artistes – et pas des moindres ! – y ont déposé des œuvres à la demande de Tinguely : Arman, Jean-Pierre Raynaud, Eva Aeppli, Jesus Raphaël Soto, et César qui a compressé en deux sculptures tous les restes métalliques issus de l’achèvement des travaux.

Cette construction représente un travail de titan ; il existe un DVD où on voit les artistes à l’œuvre en train de hisser de tonnes d’acier avec des cordages. Ils ont tout fait à leurs frais, pour garder une liberté totale sur l’évolution de l’œuvre.


Un wagon identique à ceux qui transportaient les déportés dans les camps est hissé à 12 m de hauteur, suspendu au-dessus du vide, rappelant le néant auquel a abouti cette période de l’histoire. Des mannequins en toile de jute y sont entassés, on les aperçoit en passant devant la petite fenêtre du wagon et leur expressivité dérange ; l’émotion artistique est omniprésente.

L’une des trois portes qui gardent l’entrée de la structure est une ancienne porte de coffre fort de banque suisse en acier, rappelant l’origine suisse de Tinguely et la vanité de la valeur de l’argent, elle est énorme et a du représenter quelques heures de travail à installer ici !

Et je ne vous raconte pas toutes les trouvailles mécaniques qui foisonnent à l’intérieur, des machines en mouvement, une sorte de flipper géant avec des boules grosses comme des boules de bowling qui circulent au-dessus de nos têtes, un petit théâtre satyrique… des dizaines d’œuvres représentatives des mouvements, Dada, de l’Art cinétique, de l’Art Brut, du Nouveau Réalisme.

Bon allez, j’arrête, il faut que vous alliez y voir vous-mêmes.

Ah, si une dernière chose : Tinguely était ami avec Yves Klein et aurait aimé qu’il participe à ce travail, mais il était mort en 1962. En hommage, le sommet du Cyclop est une plate-forme légèrement incurvée qui recueille ainsi l’eau de pluie. Le ciel s’y reflète donc, parfois couleur bleu Klein, mais cette surface est toujours changeante comme ce que voulait mettre Klein dans ses œuvres, qu’il transportait parfois par temps de pluie sur le toit de sa voiture, pour que les intempéries les modifient. C’est beau comme hommage, non ?


source image: Wikipedia

Et pour finir, last but not least, je dois dire que, sans Karine, je ne me serais peut-être pas retrouvée ce mercredi dans la forêt. Karine est une jeune femme tout à fait charmante, mais bien plus que ça, avec qui j’ai la chance de travailler depuis quelques années ; comme elle est assez discrète et moi aussi, nous apprenons l’une de l’autre petit à petit, de manière impressionniste, en une approche qui me convient et qui je l’espère, se poursuivra longtemps.

Et il se trouve que Karine a vécu toute son enfance à quelques centaines de mètres du Cyclop, et qu’elle venait y jouer quand elle était petite. C’est elle qui m’a fait remarquer cette conférence particulière dans le cycle proposé.

Le Cyclop était alors d’accès libre, Tinguely n’en avait pas fait don à l’état, ce qu’il a du faire à contrecœur en 1987, quand il a constaté que l’œuvre était dégradée par les visiteurs libres.
A l’époque, les miroirs qui ornent la façade n’étaient pas encore installés, et Karine faisait du toboggan sur la langue qui était alors en béton. Et on sentait que revisiter cet endroit plein de souvenirs d’enfance éveillait en elle des réminiscences, faisait naître des sourires… elle constatait que certaines choses avaient changé, que cette œuvre-là n’y était pas…

Je crois que ça aurait beaucoup plu à Tinguely et à ses co-constructeurs que leur travail soit lié à la vie, au temps qui passe, à ce qu’il modifie ou laisse imaginer d’avant, et d’après…











Print
Repost

Commenter cet article

Hélène (Cannes) 02/11/2009 09:14


Tinguely, Niki de Saint-Phalle, Spoerri, Klein ... et tous les autres ... Une grande passion dans ma vie. Le Musée d'Art Contemporain de Nice expose une fabuleuse collection de ces nouveaux
réalistes ... Je ne connais pas cette oeuvre. Je ne suis jamais allée voir ce cyclop ! ;o) A mon prochain voyage à Paris, j'y file. Pour cette fois-ci, trop tard, on rentre aujourd'hui à Cannes
!
Bisous
Hélène


Miss Tiny 28/10/2009 10:52


J'en ai étudié des oeuvres de Tinguely durant mes études mais... JE N'AVAIS JAMAIS ENTENDU PARLER DU CYCLOP. C'est impressionnant!!! Je viens de voir un petit film de particulier sur Youtube et ta
photo ne montre pas réellement le monstre d'acier qu'est cette sculpture. Je trouve fascinante cette idée d'oeuvre collective. Très belle découverte en tout cas. Les fontaines de Beabourg font
Disneyland à côté de ce géant de métal. Merci pour la découverte.


Snapulk 28/10/2009 11:16


Mais moi non plus! Tu me rassures, parce que je me disais que quand on aime l'art contemporain, une oeuvre pareille, on connaissait forcément... mais même dans la forêt, il n'y a qu'une pauvre
affiche limite en carton qui l'indique, heureusement que Karine connaissait le coin!
Si tu cliques sur le lien que j'ai mis au début, il y a un site très bien fait sur le Cyclop.


Lizagrece 27/10/2009 15:19


Merci pour la visite guidée qui n'est pas dénuée d'intérêt


mimosa 27/10/2009 14:01


i'm in :))


mimosa 27/10/2009 01:05


En attendant le Pérou si tu retournes te promener dedans hein je suis partante :))


Snapulk 27/10/2009 10:59


Ok, mais ça sera pas pour tout de suite, je crois que ça ferme fin octobre, mais au printemps, on se fait une visite groupée? juste avant le Pérou


Paprikas 26/10/2009 12:47


Merci ma Pascale pour ce billet !! T'as eu 1000 fois raison de le publier, je ne connaissais pas du tout l'existence du Cyclop et encore plus Tinguely !! Tu me donnes une forte envie d'aller
visiter tout ca avec Romain !