Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le monde, à travers sa cuisine surtout, mais aussi des voyages, et des idées.

Les idées vagues de Snapulk...

Le monde, à travers sa cuisine surtout, mais aussi des voyages, et des idées.

Romazava

com
J'ai remporté victorieusement le safari brèdes mafanes.
Voilà déjà à quoi ça ressemble, cru.

Bon, maintenant un peu de documentation.

Comme je vous le disais dans les épisodes précédents, c'est LE plat malgache typique. Enfin, un des plats, parce que la cuisine y est très riche: on se trouve au carrefour des routes qui sillonnent l'océan indien, et toutes les influences se sont déposées là, en particulier des utilisations originales des épices indiennes.



Parenthèse.

Madagascar est un pays auquel je suis très attachée, d'abord parce que j'y suis née et que j'y ai passé les sept premières années de ma vie, dans un environnement idyllique.
Pas seulement parce que toute la famille y vivait réunie, parents, grands-parents, oncle, tantes, cousins, dans la même grande maison... C'est déjà beaucoup dans un imaginaire d'enfant.
Mais aussi parce que c'est un pays magnifique, tout ceux qui y sont allés le disent et ils n'exagèrent pas.
Parce que les gens y sont gentils, ce n'est pas naïf ou idéaliste, c'est comme ça, les malgaches sont curieux de connaître un nouveau venu, sont d'abord accueillants et prêts à partager le peu qu'ils ont.



Fermeture de la parenthèse.

C'est aussi un pays très très pauvre et le romazava que l'on sert couramment là-bas ressemble plutôt à un brouet clair aux herbes qui sert à mouiller le riz. On y met pour donner du goût un peu de viande de zébu, de préférence de la bosse, c'est plus gras et nourrissant.
On en trouve dans les gargottes où on mange pour trois fois rien, mais les bouchers coupent la viande en morceaux un peu au hasard, alors quand on trouve de la viande dans son assiette, ça peut être n'importe quoi, un os, un bout de gras, ou un bon morceau si on a de la chance.

Celui que je vous présente ici est donc un avatar luxueux que l'on mange dans les restaurants chics.

J'utilise de la macreuse, parce que j'aime bien que ce ne soit ni trop gras ni gélatineux, mais on peut préférer le gîte, ou autre chose, mais en tout cas du boeuf (à moins d'avoir du zébu, là c'est carrément la classe).
J'ai trouvé des recettes avec du poulet, ça n'a pas de sens, parce qu'il faut que ça cuise très longtemps.

Une fois le zébu capturé, il y a l'autre ingrédient, plus difficile à trouver dans nos contrées, j'ai nommé les brèdes mafanes. Enfin je croyais, parce que si vous êtes relativement proches d'une ville ou vivent des malgaches, l'épicier asiatique du coin s'en procurera, quoi qu'il arrive. J'ai même appris qu'il y a des arrivages réguliers à Rungis. Pffffffff. Va falloir aller chercher le mystère ailleurs.

Mais il faut que je vous dise, c'est super spécial comme truc, ça n'a l'air de rien sur la photo, on dirait des feuilles quoi. Mais vous remarquerez les petites fleurs jaunes aussi.
Quand on épluche les brèdes (c'est comme le cresson, on enlève les grosses tiges et on garde les feuilles) on garde aussi les fleurs, mais pas toutes les fleurs, seulement la moitié, à peine, parce que ça a un goût piquant très étonnant. Pas piquant comme du piment, pas fort, quoi. Mais on a l'impression d'avoir la langue qui pétille, ou comme disent les enfants (à qui j'en fais manger, ce n'est donc pas hallucinogène, il n'y a pas d'effet secondaire): "J'ai le palais qui vibre". Et la sensation dure. Inutile d'ouvrir un grand cru classé ce soir-là. Pas de l'eau, non plus, n'exagérons rien, mais un petit truc sympa de la foire aux vins ira bien.

Voilà, je ne vous aurai pas pris en traître.

J'hésite à mettre une photo parce que soit je ne suis pas douée, soit ce n'est pas très photogénique. Je vais réfléchir.

Action.

Romazava

Pour 5 personnes

1,2 kg de viande de boeuf à braiser (macreuse)
600 g de brèdes mafanes
2 c. à s. d'huile neutre
1 morceau de racine de gingembre de 3 ou 4 cm
2 gros oignons
2 gousses d'ail
La moitié d'une brique de coulis de tomates
1 c. à c. de gros sel
1 c. à c. de mélange de poivres en grains (blanc, noir, vert, baies roses)
20 cl d'eau
1 bouillon cube
Thym, laurier

Coupez la viande en dés, assez petits (2-3 cm).
Emincez les oignons, faites les revenir dans l'huile chaude à feu moyen sans laisser colorer, jusqu'à ce qu'ils soient translucides.
Mixez ensemble dans un mini-hachoir le gingembre, le sel, le poivre et l'ail. Ajoutez-les et faites rissoler jusqu'à ce que ça commence à sentir bon dans la cuisine. Ajoutez alors le coulis de tomates. Mélangez bien.
Mettez les morceaux de viande, laissez prendre couleur, puis mouillez avec le bouillon cube dissous dans l'eau et ajoutez le thym et le laurier.
Laissez cuire à feu doux au moins une heure. Plus, c'est mieux.

Si on n'est pas trop aventurier, on peut s'arrêter là et servir avec du riz blanc. Chez nous on appelle ça le boeuf tortue, je n'ai jamais compris pourquoi. Peut-être parce que ça cuit lentement.

Je continue pour les meilleurs: 20 minutes avant la fin de la cuisson, ajoutez les brèdes épluchées (voir plus haut) et quelques fleurs.

N.B. rajoutée après: il ne faut surtout pas mettre plus d'une poignée des fleurs parce que sinon ça peut devenir immangeable par destruction nucléaire du goût de tout le reste!!!

Il existe une alternative: remplacer les brèdes par un mélange de salade pas trop molle (batavia, scarole) et d'oseille ou de menthe (1 gros bouquet), ça n'a rien à voir mais on se rapproche du goût et c'est très bon aussi.


Le rougail de tomates est indispensable pour accompagner et rafraîchir les vibrations palatines.


Bon, je vous avais prévenus. C'était dans mon asssiette qu'il y avait toutes ces fleurs. J'en pétille encore.



Print
Repost

Commenter cet article

tiana 08/06/2015 20:55

très intéréssant ton blog. et etant malgache j'était intéréssé de voir comment serait ta version du romazava. En fait pour corriger un peu ton histoire donc le vrai "romazava" elle ne sert pas vraiment à mouiller le riz et on ne met surtout pas de viande dans le romazava soit disant pour donner un peu. il sert plutot à accompagner un plat en sauce (exemple: viande de zebu en sauce ou poisson sauce). Je vois quand même qu'il y a beacoup d'étranger qui se trompe lourdement sur le romazava. Les trucs dans les resto appelé romazava royale ou encore je ne.sais pas quoi ce n'est pas ça du tout qu'on fait dans les foyers malgaches. A partir du moment où tu mets de l'oignon ou des tomates ou autrs choses, ce n'est plus du romazava. C'est vraiment un autre plat qu'on a souvent l'habitude d'appeler "anana sy hena". :-)

Snapulk 08/06/2015 22:10

Merci de ton commentaire, mais du coup, je ne comprends pas en quoi consiste pour toi le romazava? Et je serais très intéressée de connaître ta façon de le préparer :)
A bientôt

tiana 08/06/2015 20:54

très intéréssant ton blog. et etant malgache j'était intéréssé de voir comment serait ta version du romazava. En fait pour corriger un peu ton histoire donc le vrai "romazava" elle ne sert pas vraiment à mouiller le riz et on ne met surtout pas de viande dans le romazava soit disant pour donner un peu. il sert plutot à accompagner un plat en sauce (exemple: viande de zebu en sauce ou poisson sauce). Je vois quand même qu'il y a beacoup d'étranger qui se trompe lourdement sur le romazava. Les trucs dans les resto appelé romazava royale ou encore je ne.sais pas quoi ce n'est pas ça du tout qu'on fait dans les foyers malgaches. A partir du moment où tu mets de l'oignon ou des tomates ou autrs choses, ce n'est plus du romazava. C'est vraiment un autre plat qu'on a souvent l'habitude d'appeler "anana sy hena". :-)

Christian J 29/12/2008 23:43

"Chez nous on appelle ça le boeuf tortue, je n'ai jamais compris pourquoi. Peut-être parce que ça cuit lentement."Attends que je t'esplik :Chez nous aussi on appelle ça le boeuf-tortue, même que c'est un plat en voie de dispariture à La Réunion.Au XVIIème (siècle, pas arrondissement), les boucaniers ont débarqué à l'île Bourbon en apportant dans la soute de leurs fiers vaisseaux de quoi subsister sur l'île pendant quelques générations. Ils ont apporté des tomates (pommes d'amou'), de l'aïl, du laurier, du thym, du cognac (non, là je m'égare, ça ne fait pas partie de la recette). Sur place ils ont trouvé du piment, des cumbavas, du gingembre, etc. Le problème, c'était la viande. Heureusement, des milliers de tortues de mer avaient pris l'habitude, depuis quelques centaines de milliers d'années à peine, de venir s'échouer en masse sur les rares plages de l'île. La viande de tortue s'accomode très bien des ingrédients sus-mentionnés (et en plus on peut en faire du boucané).Ces sales bêtes ayant la mauvaise habitude de ne se reproduire qu'une ou deux fois par siècle, ce qui devait arriver arriva, nos amis boucaniers se retrouvèrent rapidement à la tête d'une impressionnante collection de carapaces vides, mais de viande, point...Ils importèrent donc des boeufs depuis la Grande Ile (Madagascar) voisine et cuisinèrent le boeuf (le zébu, en fait) comme ils avaient cuisiné la tortue auparavant (chinois, bien sûr).Et voilà l'histoi'e du boeuf-to'tue, telle qu'elle m'a été 'acontée dans ma famille à moi... Mais va savoi'... Il y a tant d'histoi'e dans cette famille, il pa'aît même qu'on descend de Su'couf. Inc'oyable, non ?

Snapulk 10/01/2009 16:40


Alors là, merci!!!!!
Je ne sais pas si tu te rends compte, mais je me posais cette question depuis des lustres!
C'est beau d'avoir un cousin aux compétences aussi diverses! Je t'appelle bientôt pour mes travaus de jardinage ;-))

Bises!!


philippe eidel 13/02/2008 10:27

Bonjourd'abord c'est amusant car moi aussi je suis né à mada et y ai passé les 7 premières années de ma vie !Pour le romazava, j'éviterais le thym et laurier...Pour les alternatives, mieux vaut, pour rester dans la tradition de ce plat, si on a pas de brèdes mafanes, qui sont une vraie galère à trouver même à Paris, choisir des plantes d'eau douce (comme dans les rizières) . J'ai essayé un mélange cresson pourpier et jeunes pousses d'épinards qui arrivait presque à ressembler aux mafanes !

Anne (Papilles et Pupilles) 18/12/2007 10:21

Merci beaucoup Pascale pour ton lien et pour toutes les informations de ce billet. Les prochaines bredes que j'achète seront ces fameuses bredes mafanes. Je suis morte de curiosité.   

Marionette 28/09/2006 20:00

Bas moi j'prefere les bonbons qu'on mangeait enfant et qui petillaient dans la bouche...un conseil: ne buvez pas de l'eau après,...ou nan tiens, essayez, mais on pourra pas dire que j'vous aurais pas prevenu^^

Gracianne 21/09/2006 14:04

Je passe chez toi orientee par Dorian, et surprise, je tombe sur la photo des plantes que j'ai goutees a Belle-Ile cet ete. Figures toi que les maraichers locaux en avaient un bouquet, dont ils m'ont fait gouter une fleur, crue. Piquant, tres etrange et pas desagreable comme sensation, mais comme je ne savais pas l'utiliser, je n'en ai pas pris. Maintenant je sais, merci!

Dorian 20/09/2006 21:42

Enfin voilà le fin de l'histoire et je sais maintenant qu'il va falloir aller chasser la brèdes mafanes et découvrir une nouvelle sensation !!! j'en suis tout émoustiller... euh à ton avis au bois de Vincennes j'ai des chances?? bon bon... je cherche, je cherche !!!

Olivier 17/09/2006 20:05

On mange, ça fait pschitt sur la langue, un peu comme certains bonbons qu'on mangeait enfant et qui pétillaient dans la bouche), et ça reste ... surtout si on continue à manger ces drôles de feuilles et fleurs. Donc effectivement le grand cru, c'est du gâchis. Mieux vaut un bon vin qui arrache un peu pour sentir quelque chose .Ce qu'elle ne dit pas c'est qu'elle fait toujours dans ce cas 2 romazaves: l'un avec les brèdes, l'autre sans pour les petites natures.

Marjolaine 15/09/2006 19:57

Moi je vous dis que si vous manquez de sensation et bien voilà la solution ! quand j'ai croqué dans la fleur je me suis demandée ce qu'il se passait mais avec enthousiasme ! Cela dit le gout est asez étrange et il faut aimer les choses qui sorte de l'ordinaire ! mais vraiment de l'ordinaire !