Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le monde, à travers sa cuisine surtout, mais aussi des voyages, et des idées.

Les idées vagues de Snapulk...

Le monde, à travers sa cuisine surtout, mais aussi des voyages, et des idées.

Mandonguilles amb aubergines (Boulettes aux aubergines sauce catalane)

com

Il y a des gens qui croisent un jour notre chemin, on partage avec eux, par hasard, fortuitement, puis plus souvent, des moments dont on sait qu'on ne les oubliera pas.

Mary fait partie de ces personnes rares, que je remercie de s'être trouvée là... Nos  rencontres n'ont pas toujours été faciles, voire même orageuses, mais toujours d'une richesse telle que quoi qu'il arrive, on en ressort grandi parce qu'on s'est posé des questions auxquelles on ne pouvait trouver de réponses... On n'a pas été d'accord, on s'est violemment opposé, on se l'est dit, on n'a pas supporté, du temps a été nécessaire, et on se retrouve, un peu KO, pour de nouveaux départs.

Est-il nécessaire de le dire, nous avons là affaire à une - très - forte personnalité.

Mary est née dans les années 30 dans le delta de l'Ebre, est arrivée en France avec les républicains espagnols qui avaient choisi l'exil plutôt qu'une terre qui n'était pas celle dont il rêvaient, et qui ont oeuvré sans relâche, de ce côté-ci des Pyrénées, à la reconstruction de leur idéal. Une agilité intellectuelle stimulante en est née et ne s'est jamais essouflée.

Aujourd'hui, Mary passe la moitié de son temps ici, l'autre là-bas, dans son delta (il suffit qu'elle prononce ce mot pour nous faire voyager avec elle), et dans ces aller-retours, rien n'est simple, tout est remise en question permanente, création, donc poésie, donc art, abstraction, plaisir, conflit, douleur, beauté.

Elle a enseigné l'espagnol (le castillan, pardon) dans des lycées français, maîtrise mieux que vous et moi les subtilités grammmaticales du français, du castillan et du catalan.

Où qu'elle soit (et elle n'est pas facile à suivre, elle a toujours visité toutes les expos avant que je sache qu'elles avaient ouvert), elle lit El Pais tous les jours, s'emporte, vitupère, emporte son ordinateur portable et converse par MSN avec les jeunes de 16 à 77 ans.

Et elle fait merveilleusement bien la cuisine. Quand on est chez elle, à Tortosa, c'est le bonheur. C'est comme si on était plongé directement dans une ambiance familiale, avec les spécialités héritées des multiples "tias" (tantes) dont elle nous raconte l'histoire, on partage aussi cette mémoire-là...

Et chez elle, ça ressemble à ça.


et à ça

ou encore à ça,

le bonheur, donc, que nous partageons avec elle chaque fois qu'on peut.

Elle était à la maison ces jours-ci, et avait envie de nous faire une spécialité de chez elle. On n'a pas vraiment résisté. Alors elle l'a faite deux jours de suite, en deux versions, surtout que les jeunes se retenaient pour ne pas lécher les assiettes (faut pas exagérer non plus), ce qui est toujours stimulant pour celle (ou celui) qui passe du temps derrière les fourneaux.

J'ai oublié de dire: Mary est la marraine républicaine (attention!) d'Olivier, donc c'est quand même grâce à lui que nous entrâmes en contact. Qu'il en soit mille fois remercié.

J'ai oublié un autre truc: quand Mary fait la cuisine, elle en met partout, et on n'est pas trop de deux petites mains (Olivier et moi, donc), pour couper, trancher, laver, mettre à disposition, et prendre des notes, surtout.

Ce soir il y avait trop de trucs à faire pour la suivre, donc on n'a pas eu le temps de prendre des notes, alors elle a tout écrit sur un bout de papier que je vais m'efforcer de retranscrire.


Note: cette recette représente une grave entorse à mes bonnes résolutions, surtout la version 2. Mais Elisabeth me comprendra, je te ferai goûter, promis.


Mandonguilles à la catalane
Pour 8 personnes

Aubergines:

3 ou 4 aubergines (selon la taille)
Huile de friture (selon la version)

Couper les aubergines en rondelles de 0,5 à 1 cm. Les mettre à tremper dans l'eau avec 3 c à soupe de gros sel pendant une bonne heure. Egoutter.

Version classique: les faire frire dans l'huile puis les mettre à égoutter
Version diététique ;o)  : les faire cuire à la vapeur 5 mn en marmite à pression.

De l'avis général (et du mien en particulier), la première version est vachement plus sympa, et plus respectueuse de la tradition, faut pas rigoler avec ces trucs là.

Boulettes de viande:

500g de chair à saucisses
800 g de steack hâché
4 gousses d'ail
1/2 bouquet de persil
1/2 c à café de gros sel
1 c. à café de poivre en grains mélangés (vert, noir, blanc, baies roses)
3 tranches de mie de pain, sans la groûte, émiettées et trempées dans du lait
1 poignée de pignons de pin
2 oeufs
Chapelure

Huile pour friture

Mixer ensemble (ou piler dans un mortier) l'ail, le persil, le sel, le poivre.
Mélanger tous les ingrédients, sauf la chapelure, à la main dans un saladier jusqu'à ce que ce soit homogène.
Former des boulettes puis les rouler dans la chapelure.
Les faire frire dans l'huile, puis les mettre à égoutter sur du sopalin ou une passoire, pour faire genre c'est moins gras.

L'idéal est ensuite de disposer d'une grande casserole, large, en terre cuite, pour que tout tienne dedans en une couche.

Sofrito:

Huile d'olive
1 oignon
2 c. à café de piment doux
2 c. à soupe de concentré de tomates

Mettre l'oignon émincé à revenir doucement dans l'huile chaude. Saupoudrer de piment doux, laisser chauffer, mélanger puis ajouter rapidement le concentré de tomates. Ne pas laisser brûler le piment sinon il devient amer.

Dans le sofrito, placer les boulettes et les tranches d'aubergines. Ajouter de l'eau chaude à niveau, sans couvrir.

Picada catalana:

3 gousses d'ail
1/2 bouquet de persil
1 poignée d'amandes entières

Broyer les trois ingrédients ensemble au mixer ou au pilon dans un mortier.
Ajouter la picada en l'insérant à la petite cuillère entre les tranches d'aubergines et les boulettes pour qu'elle se répartisse dans le bouillon, sans mélanger pour ne pas écraser le reste.

Laisser cuire à découvert encore une dizaine de minutes à petits bouillons.


Version 2

A la place des boulettes, on utilise du thon frais (1 tranche pour 3 personnes environ, 1 kg pour 8) que l'on a fait revenir dans l'huile aussi auparavant.

C'est super bon aussi, surtout que celle là on l'a faite avec les aubergines frites.












Print
Repost

Commenter cet article

Isabelle 09/11/2006 09:53

Comment ne pas commencer une super journée grenobloise quand arrive jusqu'à moi l'odeur de l'aubergine, de l'huile d'olive, du piment, arrosée de celle de Tortosa (mieux... La Muntanya !)..... tout simplement merci

gracianne 07/11/2006 22:45

Tu as raison Maria, continue. Rien de tel que les blogs culinaires pour raconter sa vie autour d'un bon petit plat. Ravie de t'avoir rencontree!

Mary 07/11/2006 20:24

je suis tellement touchee, que cela a balaye mes reticences à écrire dans un blog et pourtant j'en avais! j'en ai encore reste de vieille pudeur? je ne crois pas mais ... peur de s'exposer? peut être ... de la curiosité certainement.  C'est tellement agréable la decouverte de l'interlocuteur, la lumière dans ses yeux, mais je viens de lire des commentaires bien chalereux donc merci, en tout cas c'est fini!  Voilà je me lance dans une nouvelle expérience, le blog du moins le commentairePour moi la recette fondamentale c'est le thon aux aubergines frites j'adore   (les mandonguilles ne sont que l'exploitation de l'idée) le thon c'était la Tia Carmeta qui le faisait les soirs d'été.  En fait comme il faut que ça boue a petits bouillons on peut le préparer en avance partir au cinema (la tia Carmeta) ou a la plage (moi) et le rechauffer le soir.Maria Cugat

Gracianne 07/11/2006 11:19

Je lis et j'entends mon pere chanter "El Ejercito del Ebro...". Pas Espagnol, mais BAsque, mais de la frontiere, donc bien conscient de ce qu'il se passait de l'autre cote. Depuis toute petite, je l'entends cette chanson.
Merci a Mary et a toi pour la recette, elle a l'air splendide. Pas tres dietetique c'est vrai, mais, on ne vit qu'une fois.

Dorian 06/11/2006 23:46

El Ebro, en espagnol dans le texte (et pas en Castillan...,-)) ,pour ceux qui ont quelque chose à voir avec l'Espagne et surtout celle des années trente (moi c'est mon père qui est venu ici à cette époque... ) c'est un nom qui fait vibrer bien des cordes ! Et quand en plus ce mot est accompagné de plats qui font surgir des odeurs et des saveurs... on voyage... je sens que mon tableau de cuisine va se meubler rapidement de ces recettes en tout cas ! 

Marjolaine 05/11/2006 15:16

Belle présentation !! Et ces deux repas ... hmmm un délice :p