Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le monde, à travers sa cuisine surtout, mais aussi des voyages, et des idées.

Les idées vagues de Snapulk...

Le monde, à travers sa cuisine surtout, mais aussi des voyages, et des idées.

Inde du Sud #3 - Autour de Mysore... et crêpes coco cardamome

com

 

En flanant autour de Mysore, nous avons rencontré...

 

...des petis artisans qui fabriquaient de manière très rudimentaire, du sucre à partir de la canne à sucre.

 

canna à sucre (10)

 

Broyage des cannes à l'aide de cette machine venue d'une autre temps

 

canna à sucre (5)

 

le jus s'écoule dans le tuyau du bas fabriqué d'une canne à sucre fendue en deux

 

canna à sucre (9)

 

et arrive dans ces grandes cuves

 

canna à sucre (2) 

chauffées par en dessous par un feu que la femme et le petit garçon

 

canna à sucre (3)

 

alimentent constamment des déchets secs de canne, et de morceaux de caoutchouc récupéré.


Le jus se transforme en un sirop épais qui sèche dans ces bacs

 

canna à sucre (4)

 

et est ensuite débité en morceaux

 

canna à sucre (7)

 

de sucre absolument non raffiné et au goût de miel, que nous retrouverons sur les étals des marchés de Mysore et des alentours


P1040620.JPG

Nous ne l'avions pas identifié comme du sucre la veille sur les marchés! Des bougies, du savon???

 

Ces artisans dont la vie apparaît comme extrêmement dure - nous nous demandons si les enfants sont scolarisés, Perumal nous assure que oui - nous offrent du sucre et semblent contents que nous nous intéressions à leur technique. Ils refusent toute rémunération pour nous avoir montré leur travail et autorisés à les photographier, ce qui force notre respect.

 

Qui va être un peu mis à mal par la suite.

 

Nous nous dirigeons vers...


Chamundi-Hill--10-.JPG

 

...  le temple de Sri Chamunderswari qui semble incontournable. Dédié à Shiva, il surplombe Mysore

 

Chamundi Hill (8)

 

et on (peut) y accède(r) par une montée d'un millier de marches. On peut aussi, comme nous, s'y laisser conduire en voiture ou en rickshaw, puis descendre à pied (ou pas).

 

Nous arrivons au sommet dans la brume et la pluie.

 

Chamundi Hill (4)

 

Les sept étages du temple semblent d'une grande majesté et sont fréquentés par de nombreux fidèles. Nous empruntons donc les files d'attente pour acheter notre ticket d'entrée. Deux tarifs sont proposés: 20 ou  200 roupies, mais la distinction entre les deux est écrite en hindi...

 

Je m'étais pourtant promis d'apprendre l'hindi avant de revenir en Inde...

 

Donc arrivés a la caisse, on ne sait pas quoi choisir. Il arrive souvent que les tarifs soient 10 fois plus chers pour les touristes, ce qui ne nous choque pas, nous ne venons pas là pour pratiquer notre foi, mais ce n'est pas de cet enjeu dont il est question... On se fait répéter 10 fois les choses par le caissier, qui reste calme, répète 10 fois dans un hindi émaillé d'anglais,  tout aussi obscur après plusieurs écoutes.

 

Par contre, on énerve un peu la foule des fidèles. Une indienne bilingue vient à la rescousse et nous explique dans un anglais compréhensible qu'il y a deux tarifs: un normal, et un spécial... mais lequel choisir ??? On finit par opter pour le moins cher, on verra bien...

 

Chamundi Hill (2)

 

Nous nous dirigeons comme d'habitude vers la consigne des chaussures, qu'on laisse toujours à l'entrée, et là, un individu patibulaire, louchant et sautillant nous fourre d'autorité dans les mains des fleurs et des petits paquets de papier.

 

Ensuite il nous invite à le suivre.

 

Inviter n'est pas le mot, il use d'une autorité que nous ne contestons pas et nous fait couper les files des fidèles au pas de course. C'est troublant, on peut faire faire n'importe quoi à n'importe qui en semblant autoritaire???

 

Arrivés à l'entrée du temple, il nous fait poser nos fleurs dans une coupe destinée aux offrandes, ouvre nos petits paquets de papier qui contiennent une poudre rose qu'il partage entre nous quatre, nous intime l'ordre ("Sprinkle!!!") de la saupoudrer sur les fleurs, nous en colle une tache sur le front et nous guide de nouveau à travers la foule épaisse des fidèles, que nous avons la très désagréable impression de singer, vers le sanctuaire.

 

Personne ne semble s'offusquer de cette intrusion, nous si. Nous arrivons dans le lieu de prière où la déesse-statue est ornée de colliers de fleurs. Un prètre officie et psalmodie, des fidèles observent leur culte en murmurant des prières, d'autres prient à voix très audible. 

 

Evidemment, nous ne prenons pas de photos. Nous nous sentons vraiment de trop et sortons très vite.


Mais notre "guide" nous suit, nous précède, il est partout, ça devient très lourd. jusqu'à ce que nous le congédiions moyennant une somme qu'il estime raisonnable, mais cela nous laisse une impression un peu amère.

 

Et il se remet à pleuvoir très fort.

 

Chamundi Hill (3)

 

Nous renonçons à visiter le reste du temple, plus très envie, et vraiment l'impression d'être des intrus, meme si personne ne nous le fait sentir.

 

Quelques éclaircies nous permettent de photographier les singes, qui sont légions ici.


Chamundi Hill (5)

 

Il ne fait pas très chaud, alors ils se blotissent les uns contre les autres

 

Chamundi Hill (6)

 

et ont des attitudes et des expressions un peu humaines...

 

Chamundi Hill (7)

 

Enfin je trouve, ou c'est notre anthropomorphisme qui nous fait dire ça?

 

Chamundi Hill

 

C'est bon les noix de coco!

 

Retour à Mysore pour ce que vous attendiez tous! LES ILLUMINATIONS DU PALAIS!!! Incroyables, mais je vous laisse regarder:

 

 

Et tout cela est illuminé par de grosses ampoules à douilles, pas des leds!

Mysore-palace--2-.JPG

 

montées sur de gros câbles

 

Mysore-Palace-copie-1.JPG

 

qui défigurent un peu le palais vu de jour.

 

P1030616.JPG

 

 

Après cette longue promenade, un petit goûter:

 

Crêpes noix de coco cardamome


(ou mottakuzhalappam, merci Charline!)

 

Crepes-coco-cardamome.JPG

Pour la pâte à crêpes:


400g de farine

5 oeufs

50 cl de lait

1 verre d'eau

1 sachet de sucre vanillé

1 pincée de sel

2 c. à s. d'huile

1 c. à s. de rhum

 

Pour la garniture:


60g de noix de coco râpée

4 à 6 gousses de cardamome selon votre goût, écossées et broyées en poudre (*)

4 c. à s. de sucre roux

 

Déposez  la farine et le sel dans un saladier, creusez un puits au milieu et cassez-y les oeufs. Commencez à mélanger en incorporant progressivement la farine, puis délayez avec le lait tiédi et l'eau pour obtenir une pâte homogène et sans grumeaux. Vous pouvez utiliser un batteur électrique pour lisser la pâte.

Ajoutez le sucre, l'huile et le rhum et mélangez bien.

Laissez reposer 2 heures au frais.

 

Préparez la garniture et mélangeant tous les ingrédients et en les faisant chauffer un peu pour obtenir une pâte un peu compacte.

 

Garnissez chaque crêpe d'une cuillerée de pâte, dégustez et voyagez...

 

(*) Précision, grâce à Juju qui a posé la question: pour utiliser la cardamome ici, on prend les gousses vertes, on les écrases dans un mortier pour les ouvrir, on retire les cosses vertes (qu'on jette) et on écrase les petites graines noires pour les réduire en poudre

 

Ce sont des douceurs qui nous ont été servies sur les houseboats dans le Kerala au petit déjeuner, et c'était inoubliable! Je me suis inspirée d'une recette trouvée chez Apolina pour retrouver le goût découvert là-bas, et c'était tout à fait réussi. Apolina les fait avec des crèpes au riz, plus traditionnelles.

 

 

 

 

 

Print
Repost

Commenter cet article

gracianne 01/10/2010 14:49



C'est vraiment etonnant cette histoire dans le temple, as tu finalement compris pourquoi il y avait 2 tarifs et pourquoi on vous a fait tout visiter a marche forcee?


J'aime bien les photos des singes.



Liette 20/09/2010 13:30



J'adore le concept du récit d'un petit bout de voyage accompagné d'une recette gourmande !


Par contre petite précision : la cardamone que tu mets dans la garniture, en fait tu prend les gousses (les grosses graines vertes ?), tu les ouvres et tu ne prends que les petites graines noires
que tu broies pour en faire de la poudre, c'est ça ? Je suis pas sûre d'avoir compris...


^^



Snapulk 20/09/2010 14:24



Si c'est exactement ça, tu as bien compris! Je vais préciser, tu as raison!



Hélène (Cannes) 19/09/2010 12:47



QUel voyage ! Tu sais, moi, c'ets au Mexique que je me suis sentie parfois très mal à l'aise ... pour le même genre de raison ... Je crois que c'est inhérent à la découverte en temps que
touristes de ces pays malheureusement très pauvres ...


Bisous


Hélène



Snapulk 20/09/2010 14:27



C'est vrai que c'est un effet pervers du tourisme et qu'il faut bien accepter que notre présence provoque des réactions différentes, mais là, dans la même journée, j'ai eu affaire à deux types de
comportement très différents, c'est aussi riche que la diversité humaine!



lizagrèce 18/09/2010 22:48



J'aime beaucoup tes récets de voyage agrémenté d'une recette typique. Merci. On en prend plein les yeux et les papilles



Snapulk 20/09/2010 14:28



Tant mieux, c'est le but, je vais récidiver d'ailleurs! ;-)



Charline 18/09/2010 12:01



Je pensais que tu connaissais le jaggery? On trouve les 2 sortes dans les épiceries indiennes, au sucre de palme (brun foncé) et au sucre de canne (blond). Les crêpes, ce sont des
mottakuzhalappam (roulé de crêpe aux oeufs), un des goûters préférés de ma belle-maman pour les enfants. Je comprends tout-à-fait ton malaise au temple, je n'ai jamais eu d'expériences si
"forcée", c'était soit on n'entre pas ou juste autour soit on se joint à la foule et on fait la queue pendant des heures!


Magnifique le palais illuminé, on avait râté ca, c'était l'époque à Bangalore, où on faisait des petits séjours d'une journée.



Snapulk 18/09/2010 12:10



Je connaissais le jaggery (par toi d'ailleurs, sûrement ;-)) mais je croyais que c'était toujours du sucre de palme, et je ne l'avais jamais vu sous cette forme: soit en poudre, soit en bloc dans
des petites boîtes, on ne fait pas toujours les liens très vite :) en tout cas c'est très bon dans ces crèpes (dont je vais très vite retenir le nom, c'est sûr!


Oui, ce temple, ce n'est pas un très bon souvenir! J'aime bien faire la queue pendant des heures avec tout le monde, c'est comme ça qu'on fait connaissance, même si je dois encore apprendre
l'hindi! Mais parfois on communique bien sans parler la même langue, et je n'aime pas qu'on m'en prive!


 



cuisineplurielle 18/09/2010 11:38



merci de cette évocation, en janvier dernier j'y étais.. Kerala Tamil Nadu etc......